50 ans Rempart 1966 - 2016

  • Mettre le diaporama en pause

Recherche avancée

Collection

Glossaire de A à I

E

Ebrasement, n.m. (Demeures méd.) Disposition biaise des parois latérales d'une baie.
Ebréchure, (Cloches) Au niveau de la pince* de la cloche, partie endommagée laissée par le détachement du métal.
Echalier, n. m. (Pat. rural) Sorte de petite échelle de bois à deux versants qui permet d'enjamber une clôture de champs.
Echarceté, n. f. (Monnaies méd.) Insuffisance d'aloi * par rapport à ce qui était ordonné, en deçà de la limite de tolérance.
Echauguette, n. f. (Chât. forts) Petite tourelle, généralement en encorbellement*, saillant d'un mur ou d'un angle de murs pour en surveiller les abords.
Echelle d'écluses, n. f. (Canaux) Succession d'écluses* dont la pente à franchir est forte, et qui forment comme des marches.
Echelle tournante, n. f. (Pat. rural) Échelle fixée à des potences elles-mêmes fixées à un arbre vertical, et qui permettait d'accéder, en tournant, aux boulins* à l'intérieur des pigeonniers.
Echoppe, n. f. (Demeures méd.) Petite boutique adossée à une maison ou à une église.
Echouage, n. m. (Navires) Pose du navire sur le fond par retrait des eaux.
Echouement, n. m. (Navires) Heurt et arrêt du navire sur le fond (se mettre au sec).
Ecluse, n. f. (Canaux) Ouvrage destiné à assurer le passage des bateaux d'un bief* dans un autre et comprenant les portes, le sas*, les bajoyers*, le radier*.
Eclusée, n. f. (Moulins) Quantité d'eau qui s'écoule dans un temps donné.
Ecoinçon, n. m. (Peintures mur.) Partie du mur placée au-dessus de la montée d'un arc ou entre la montée de deux arcs successifs.
Email, n. m. (Vitrail) Couleur vitrifiable autre que la grisaille utilisée dès le milieu du XVIe siècle pour peindre des tons vifs sur le verre.
Embarcadère, n. m. (Gares) Quai* d'embarquement des voyageurs ou des marchandises.
Embrasure, n. f. (Places fortes) Synonyme de créneau* ; ouverture dans un parapet* ou une casemate* pour permettre le tir.
Empanner, vbe (Navires) Faire passer par vent arrière une voile aurique* d'un bord sur l'autre, volontairement ou involontairement.
Encalminé, adj. (Navires) Pris dans le calme ou dans un vent insuffisant pour manœuvrer.
Enceinte, n. f. (Places fortes, Villes neuves) Muraille ou clôture* qui entoure une ville ou un château fort en en interdisant l'accès.
Enchevêtrure, n. f. (Moulins) Assemblage de poutres entourant la meule dormante*.
Encorbellement, n. m. (Demeures méd.) Construction en saillie sur le plan d'un mur, soutenue par des corbeaux*, des modillons*, etc.
Enfeu, n. m. (Peintures mur.) Niche à fond plat creusée dans un mur intérieur ou extérieur, où est placée un tombeau.
Enfléchure, n. f. (Navires) Échelon de corde horizontal, disposé dans les haubans* et permettant de monter dans la mâture.
Engrener, vbe (Moulins) Emplir la trémie* de grains.
Enhuché, adj. (Navires) Se dit d'un navire dont les œuvres* mortes sont trop élevées au-dessus de l'eau.
Enhunage, (Cloches) Ajustement sonore de la cloche dans le beffroi*.
Enlevé, n. m. (Vitrail) Procédé utilisé pour rendre le modelé: trait lumi­neux obtenu par la mise à nu du verre après grattage de la
ouche de grisaille *.
Entablement, n. m. (Quartier cathéd., Monast.) Partie supérieure en saillie d'un mur d'un édifice, comprenant l' archivolte*, la frise* et la corniche*.
Entrebut, n. m. (Moulins) Chacune des deux longues poutres qui se croisent dans la tête de l'arbre-moteur* et qui portent les ailes.
Entrepoutre, (Cloches) Distance entre deux poutres longitudinales d'un beffroi* délimitant une travée*.
Epaule, (Cloches) Partie arrondie du cerveau* située entre le plateau* et la partie inférieure du cerveau.
Eperon, n. m. (Navires) 1) antique: poutre portant un revê­tement de bronze, construite sur l'avant de la quille* ; 2) moderne: avancée de la proue* au niveau de la flottaison servant à l'abordage ; 3) assemblage de charpente faisant saillie en haut de l'étrave* et qui supporte le beaupré* ; 4) (Chât.forts) renforcement pointu d'une tour, en capitale, déterminant un plan en amande, en accolade ou en polygone.
Epierrage, n. m. (Pat. rural) Action de retirer les pierres d'un champ et de les amasser.
Episcopal, adj. (Quartier cathéd.) Qui appartient à l'évêque.
Epitaphe, n. f. (Quartier cathéd.) Inscription funéraire donnant le nom du défunt, ses titres et la date du décès.
Equipollent (à), adj. (Monnaies méd.) En proportion pour qu'entre deux espèces la différence de valeur intrinsèque soit effectivement égale à la différence de cours *.
Escarpe, n. f. (Places fortes, Chât.forts) Paroi d'un fossé du côté de la place*. L'escarpe est dite «détachée» quand le talus en terre est séparé du mur.
Espar, n. m. (Navires) Longue pièce de bois utilisée comme mât, beaupré*, vergue*.
Etai, n. m. (Navires) Cordage établi dans l'axe du bateau et servant au maintien d'un mât.
Etaler, vbe (Navires) Supporter, tenir tête à un courant, tenir le coup.
Etambot, n. m. (Navires) Pièce de charpente sur l'extrémité arrière de la quille* qui porte le gouvemail*.
Etiage, n. m. (Moulins, Canaux) Niveau le plus bas d'un cours d'eau sujet à baisse périodique.
Etrave, n. f. (Navires) Pièce droite ou inclinée, souvent courbe, sur l'avant du navire, à l'extrémité de la quille * .
Eveillure, n. f. (Moulins) Cavité, partie creuse d'une meule* à farine.
Event, n. m. 1) (Places fortes) Orifice ou conduit destiné à l'aération d'une casemate* ; 2) (Cloches) Conduit situé sur le haut des moules de cloches afin de permettre l'évacuation des gaz lors de la coulée. 
Exécutoire, n. m. (Monnaies méd.) Ordre transmis aux ateliers de frap­per les monnaies aux nouvelles conditions fixées par l' ordonnance*.
Extrados, n. m. (Chem. et ponts) Face supérieure d'un arc* ou d'une voûte* .






REMPART, association reconnue d'utilité publique. 1, rue des Guillemites - 75004 Paris France

  • Ministère de la culture et de la communication
  • Ministère des affaires étrangères
  • Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports
  • Union Européenne
  • Fondation Patrimoine