50 ans Rempart 1966 - 2016

  • Mettre le diaporama en pause

Recherche avancée

Collection

Glossaire de J à Z

P

Palée, n. f. (Chem. et ponts) File de pieux formant appui pour un pont de bois.
Palier, n. m. 1) (Demeures méd.) Dans un escalier, plate-forme ménagée au niveau de chaque étage ; 2) (Cloches) voir coussinet.
Palplanche, n. f. (Chem. et ponts) Profilé en bois destiné à être battu dans le sol et assemblé en groupes jointifs pour constituer une enceinte de batardeau.
Panneton, n. m. (Vitrail) Tenon métallique ajouré, soudé au fer en T, qui constitue un des éléments de la fixation du panneau de vitrail.
Pans (de bois), n. m. (Demeures méd.) Construction comportant un cadre en bois, dont les vides sont remplis en maçonnerie, briques, pisé ou torchis.
Panse, (Cloches) Partie extérieure de la cloche où se situe l'épaisseur maximale de la cloche (voir bord).
Parallèle, n. f. (Places fortes) Tran­chée parallèle au front attaqué, réunissant deux attaques ou deux contre-attaques et servant aussi de place d'armes.
Parapet, n. m. (Places fortes) Massif gazonné ou mur défilant les emplacements de tir à ciel ouvert.
Parement, n. m. (Monast., Quartier cathéd.) Face extérieure visible d'un mur.
Pariage, n. m. (Monnaies méd.) Accord entre deux princes pour frapper monnaie et partager les bénéfices de cette frappe.
Parloir, n. m. (Monast.) Salle destinée à recevoir des visiteurs.
Partiels, (Cloches) Harmoniques émis avec la note.
Parvis, n. m. (Quartier cathéd.) Espace situé devant une église, destiné, à l'origine, à ceux qui n'avaient pas le droit d'y pénétrer.
Pas-de-moineau, n. m. (Demeures méd.) Ornement de gâble ou de pignon en forme de dents (dit aussi «redent»).
Pas-de-souris, n. m. (Places fortes) Escalier étroit permettant de gravir la gorge d'une demi-lune ou la contrescarpe d'un fossé, pour accéder au chemin couvert.
Passière, n. f. (Moulins) Place aménagée dans une chaussée destinée au passage des bateaux.
Patin, (Cloches) Partie plate verticale et trouée de la cloche remplaçant les anses sur certaines cloches anciennes.
Patin-slip (ou slip-way), n. m. (Navires) Plan incliné permettant de haler à terre ou de mettre à l'eau un navire.
Patte, (Cloches) voir pince.
Pavement, n. m. (Demeures méd.) Revêtement très soigné du sol (marbre, mosaïque, dalles, etc.) à l'intérieur d'une construction.
Pavois, n. m. (Navires) 1) partie du bordage située au-dessus du pont ; 2) grand pavois : ensemble des pavillons hissés dans un ordre donné comme signe de fête ; 3) petit pavois : ensemble des pavillons arborés à fin d'identification.
Pédalier, (Cloches) Clavier inférieur de la console d'un carillon, actionné au pied/Sorte de bras de sonnerie sur lequel les soneurs au pied exercent des pressions pour mettre en branle une grosse cloche.
Pédiluve, n. m. (Pat. rural) Mare aménagée pour le bain des chevaux.
Perroquet, n. m. (Navires) Voile carrée supérieure au hunier ; 1) perroquet de beaupré: voile carrée établie autrefois sur le petit-beaupré ; 2) perroquet de fougue: voile carrée au-dessus de la voile aurique du mât d'artimon.
Perruche, n. f. (Navires) Voile carrée, au mât d'artimon, située au-dessus du perroquet de fougue.
Pertuis (ou portereau), n. m. (Canaux) Ancêtre de l'écluse, il consistait en une porte qui retenait partiellement l'eau d'une rivière canalisée.
Petit-fer, n. m. (Moulins) Axe métal­lique portant la meule courante et tournant dans une crapaudine.
Phare, n. m. (Navires) Terme de gréement : ensemble des voiles d'un mât ; 1) phare-arrière : le grand mât et mât d'artimon avec leur gréement; 2) phare-avant : le mât de misaine et son gréement.
Phylactère, n. m. (Peintures mur.) Banderole à extrémités enroulées, contenant des inscriptions, souvent tenue par un personnage.
Pible (à), loc. adv. (Navires) Se dit de mâts composés de segments réunis par leurs extrémités.
Pied-de-cheval (ou de-mulet), n. m. (Pat. rural) Pigeonnier de plan carré ou circulaire avec toit à une seule pente sur laquelle sont percés les trous d'envol.
Pied, n. m. (Chem. et ponts) Ancienne unité de mesure, variable suivant les époques et les régions.
Piédroit (ou pied-droit), n. m. (Quartier cathéd.) Montant vertical d'une porte, d'une fenêtre, d'une cheminée mais aussi d'une voûte.
Piéfort, n. m. (Monnaies méd.) Pièce d'hommage ou essai, frappé sur un flan épais.
Pieu, n. m. (Chem. et ponts) Élément allongé en bois destiné à transmettre les efforts des appuis au sol de fondation en profondeur.
Pignon, n. m. (Demeures méd.) Mur dont la pointe triangulaire est le sommet du faîtage d'un comble ; pignon en pas de moineau = pignon à redents.
Pile, n. f. 1) (Chem. et ponts) pilier de maçonnerie supportant l'arche d'un pont ; 2) (Monnaies méd.) coin fixé dans le cépeau.
Pilon, n. m. (Moulins) Chacune des poutres verticales qui broient les graines oléagineuses.
Pilotine, n. m. (Navires) Bateau-pilote.
Pince, (Cloches) Extrémité inférieure amincie du vase de la cloche, synonyme de patte, lèvre inférieure/Instrument utilisé par le fondeur lors de la coulée.
Piqué, (Cloches) Sonnerie faisant faire un tour complet de la cloche sur son axe.
Piqures, (Cloches) Petits trous sur la surface du métal de la cloche.
Pite (Poitevine, Pougeoise), n. f. (Monnaies méd.) Quart de denier* dans tous les sens du terme.
Pivot, n. m. (Moulins) Poutre maîtresse du moulin en bois qui porte la cage.
Place, n. f. (Chât.forts, Places fortes, Villes neuves) Ensemble des dispositions d'une fortification ; 1) d'armes : espace laissé libre pour le rassemblement d'une troupe, soit au centre de la ville, soit sur le chemin couvert pour les sorties ; 2) de sûreté : nom donné aux places de guerre où les protestants, aux termes de l'édit de Nantes, avaient droit de tenir garnison ; 3) forte : à partir de la fin du XVIIe siècle, ville neuve fortifiée.
Plan en relief, n. m. (Villes neuves) Maquette de place forte dans son territoire, servant à programmer les fortifications et les attaques potentielles.
Planche à trousser, (Cloches) Bois déterminant par troussage les formes des moules des cloches et donc principalement les profils des cloches. Aussi en métal ou tôle métallique découpé au laser, il est découpé en fonction du diamètre détérminé de la cloche. Synonyme de gabarit, planche à tracer, matrice, tousseau.
Plateau, (Cloches) Partie plate du cerveau sur laquelle reposent les anses, synonyme de plafond.
Plaques tournantes (ou ponts tournants), n. f. (Gares) Appareil destiné à faciliter les mouvements des locomotives dans les dépôts, permettant de faire passer la machine d'une voie sur une autre lorsque c'est impossible avec l'aiguillage.
Plat-bord, n. m. (Navires) Ceinture de bois entourant le pont d'un navire.
Pliage, n. m. (Navires) Opération consistant à ployer les bois de la coque, notamment à l'aide de la vapeur.
Pli de serviette, n. m. (Demeure m éd.) Angle rentrant d'un mur.
Plomb, n. m. (Vitrail) L'ensemble des baguettes de plomb servant à assembler les pièces de verre d'un panneau de vitrail est appelé réseau de plomb. Les morceaux d'une pièce de verre brisée sont souvent réunis par un plomb assez mince, appelé plomb de casse.
Poinçon, n. m. (Demeures méd.) Dans la charpente, pièce verticale de la ferme.
Point de frappe, (Cloches) Endroit où la cloche est frappée par un battant (intérieur) ou un marteau-tinteur. Le point de frappe intérieur est aussi désigné par bouche, lèvre supérieure et arête.
Poliorcétique, n. f. (Chât. forts, Places fortes) Art d'assiéger les villes ou les châteaux.
Pont-canal, n. m. (Canaux) Pont enjambant une rivière et permettant au canal de la traverser sans mélange des eaux. Ne pas confondre avec un simple pont enjambant le canal.
Pont-levis, n. m. (Chât. forts) Tablier de pont mobile reliant l'entrée d'une place à la contrescarpe du fossé ou à un pont dormant et s'escamotant à la verticale, en doublant l'épaisseur de la porte, par le jeu de chaînes ou de madriers (flèches).
Pontil, n. m. (Vitrail) Instrument en forme de tringle ou de baguette fixé à la boule de verre à l'opposé de l'attache de la canne.
Port, n. m. (Villes neuves) 1) d'estuaire : port du littoral atlantique, souvent situé très en amont d'un fleuve ; 2) de rade : large bassin naturel ayant issue vers la mer et consti­tuant un bon mouillage pour les navires ; 3) arsenal : port militaire.
Porterie, n. f. (Monast.) Dans un grand bâtiment, ensemble de la construction qui renferme la porte d'entrée.
Poterne, n. f. (Chât.forts) Petite porte dérobée pour faciliter la communi­cation de l'assailli avec l'extérieur àl'insu de l'assaillant.
Poudrière, n. f. (Villes neuves) Magasin à poudre.
Poupe, n. f. (Navires) Arrière d'un navire.
Prévôté, n. f. (Quartier cathéd.) Maison du prévôt, chef du chapitre en France méridionale.
Prieur conventuel, n. m. (Monast.) Supérieur d'un prieuré ou d'un monastère qui n'a pas le titre abbatial.
Prieuré, n. m. (Monast.) Monastère fondé par une abbaye et qui en dépend juridiquement.
Profils (léger, moyen ou lourd), (Cloches) Tracés de l'épaisseur des parois de la cloche.
Promenoir, n. m. 1) (Demeures méd.) lieu destiné à la promenade dans l'enceinte d'un édifice clos ; 2) (Pat. rural) rebord à l'entrée de la grille d'envol qui permettait aux pigeons de se poser ou de s'envoler.
Puits, n. m. (Pat. rural) 1) à balancier : forme primitive du puits dont le long baliveau avec chaîne et seau pivote dans l'embranchure d'un long piquet vertical ; 2) à treuil : puits avec édification d'un ouvrage en maçonnerie sur lequel s'élève un mécanisme permettant de hisser un récipient rempli d'eau.
Putois, n. m. (Vitrail) Brosse dure en poils de putois qui permet de réaliser des enlevés d'aspect granité dit «putoisé ».






REMPART, association reconnue d'utilité publique. 1, rue des Guillemites - 75004 Paris France

  • Ministère de la culture et de la communication
  • Ministère des affaires étrangères
  • Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports
  • Union Européenne
  • Fondation Patrimoine