Château de Calmont d'Olt

Le Château Fort de Calmont d'Olt est un jalon important du Rouergue médiéval. Il témoigne parfaitement de l'adaptation architecturale des châteaux aux progrès technologiques et à l'évolution des techniques de siège.

Juché sur un piton basaltique cette sentinelle domine de plus de 200 mètres la ville d'Espalion et la Vallée du Lot, offrant une vue panoramique sur les monts d'Aubrac et les Causses.

Les plus anciens objets trouvés sur le site sont des éclats de silex et une hache en pierre polie qui témoignent de l'intérêt que l'homme porte à ce site depuis plus de 5000 ans.

En 883 le lieu est mentionné pour la première fois dans le cartulaire du Monastère de Conques, comme pôle défensif d'une viguerie carolingienne.
A partir de l'an mil, les premiers seigneurs de Calmont d'Olt sont connus.

La tour maitresse édifiée en basalte, semble avoir été la première construction en dur, elle possède trois niveaux et occupe le sommet du neck volcanique.
Au XIe siècle une seconde tour de section rectangulaire apparait, dotée de quatre niveaux, elle contraste avec l'ensemble des bâtiments de Calmont par son parement délicat de gré rose et la finesse de son architecture Romane civile, on la nommait d'ailleurs « Tour Longe » par opposition à la précédente « Tour Grosse ».
Ces deux tours, la citerne et le puits sont ensuite englobés dans une première enceinte dotée de portes successives, d'un pont-levis et d'un chemin de ronde. Un corps de logis sur deux niveaux complétera l'ensemble.
Seul, bâtiment extérieur, une chapelle romane occupe à l'Est un rocher dominant la ville d'Espalion.

En 1297 l'évêque Raymond de Calmont d'Olt édificateur de l'église cathédrale de Rodez- vient de s'éteindre, il était le dernier représentant mâle de la lignée originelle des Calmont d'Olt. La baronnie change de main, dorénavant aucun des nouveaux propriétaires n'envisagera de s'installer au château, lui préférant lorsqu'ils viennent dans la Rouergue le château de St Côme d'Olt, village distant de 4 km. En ce début de XIVe siècle une garnison et son capitaine sont placés dans le château or pour cette soldatesque nul besoin de confort ou d'esthétisme, le destin de Calmont d'Olt est donc scellé, de résidence seigneuriale il devient un château fort dont seule la guerre modifiera l'architecture. Le Rouergue après le traité de Brétigny (1360) est passé à la couronne anglaise ; la trêve durait depuis neuf ans quand les combats de la Guerre de Cents Ans reprirent, le vieux château fort fut alors transformé, on érigea une nouvelle enceinte technologiquement très aboutie.
Cette seconde enceinte englobe la précédente, elle est basse pour résister aux tirs de l'artillerie à poudre qui vient de naitre, elle est dotée de huit tours ouvertes à la gorge, de trente-deux meurtrières permettant le tir des trois armes en usage (l'arc, l'arbalète et le trait à poudre), d'une porte et de deux poternes. Viennent aussi une tour d'angle sur la 1ère enceinte et des gabions d'artillerie qui flanquent la Tour Grosse.
Le dispositif défensif est pour le XIVe siècle très performant, mais sera vite dépassé, faut d'intérêt stratégique le château n'évolue plu, il se fige dans le temps. Au XVIIIe siècle austère et sans confort ce lieu dévolu à la guerre est abandonné. Sans entretien, occupé une dernière foi, semble-t-il, par des faux monnayeurs, il se ruine.

Les premiers chantiers archéologiques ont été réalisés en 1986, le château est depuis graduellement dégagé et stabilisé, on pense que plusieurs décennies de travail seront nécessaires pour venir à bout des remblais dont la hauteur atteignait parfois sept mètres.

+

Localisation : 12500 Espalion / Occitanie / France